Une maraude avec l’Ordre de Malte

Publié le 19/12/2022

Avec l’hiver, les sans-abris eux aussi ont froid : aidons-les par des actions simples ! Je vous emmène avec moi à un petit-déjeuner maraude avec l’Ordre de Malte…

Comme beaucoup d’associations, l’Ordre de Malte propose aux personnes de tout âge de donner un peu de leur temps libre pour les autres. Le soir en semaine ou le dimanche matin, c’est une heure ou deux à passer aux côtés de ceux qui sont seuls et qui dorment dehors. J’ai choisi de m’engager comme bénévole dans l’association de l’Ordre de Malte pour participer aux maraudes du dimanche matin. Objectif : distribuer un café chaud et des biscuits à ceux qui ne peuvent pas s’en offrir.

Accompagnée de deux lycéens de mon âge, mais aussi d’un jeune père de famille et d’un retraité motivé, notre petite équipe du jour s’en va arpenter les rues, après avoir choisi le chemin de sa maraude. A la main, un thermos d’eau chaude, du café en poudre, des gâteaux, des sacs d’hygiène et des vêtements secs à proposer aux sans-abris. Dans les recoins de la rue de Satory, sous les arcades d’Europe ou bien dans la gare Rive Droite, ils reconnaissent le dossard rouge et sourient. On échange avec eux un simple « Bonjour, un café ? » ou un « Comment allez-vous ce matin ? ». Nos douze sans-abris du jour sont plus ou moins bavards : Christophe nous brieffe sur ses prévisions pour les prochains matchs de la Coupe du Monde, Fabrice en profite pour nous raconter quelques anecdotes sur sa fille infirmière, tandis que Jorge nous remercie par un simple sourire.

Contents d’avoir donné mais surtout comblés d’avoir reçu, nous repartons vers le point fixe devant la cathédrale pour ranger les sacs, en espérant retrouver nos amis en bonne santé le prochain dimanche de maraude.

L’engagement est simple. Si, vous aussi, vous avez un dimanche matin ou un soir de semaine à offrir, une ou deux fois par mois, vous pouvez vous tourner vers des associations comme l’Ordre de Malte, la Croix Rouge et tant d’autres. Votre aide sera précieuse partout où vous irez, pour les plus isolés.

Marguerite De Camaret