On a testé pour vous l'expo "Il faut être voyant, se faire voyant"

On a testé pour vous l'expo "Il faut être voyant, se faire voyant"

« Je dis qu’il faut être voyant, se faire voyant (…) par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. » C’est autour de cette citation de Rimbaud qui peut paraître au premier abord inabordable que les étudiants de l'école des Beaux-Arts de Versailles se sont lancés pour défi d’articuler toute une exposition.

Vendredi, je suis allée découvrir pour vous l’exposition « Il faut être voyant, se faire voyant » à la Galerie de l’école des beaux-arts de Versailles, 11 rue Saint Simon. Ouverte à tous jusqu’au 7 mars, les étudiants et artistes en herbe y ont disposé leurs oeuvres originales en rapport avec les sens en insufflant au lieu une nouvelle ambiance et en passant par différents genres artistiques : dessin, peinture, gravure, photographie, livre d’art, mais également performance...

 

Dès l’entrée, il faut faire attention aux détails. Le blanc des murs permet de faire ressortir certaines oeuvres mais aussi d’en cacher d’autres. En y promenant mes yeux, j’y ai croisé une multitude d’autres yeux sous des formes diverses et variées, des regards soulignés ou tout simplement effacés. 

 

Dans la cage d’escaliers, une série de photos de journal télévisé où le regard du présentateur est délibérément caché suivent la montée des marches. Il ne faut pas hésiter à regarder dans tous les sens, en haut et en bas, sur tous les côtés ou vous manquerez un détail, un oeil qui vous fixe caché dans un coin. À l’étage, une platine laisse entendre une mélodie éraillée, « déréglée » qui tourne en boucle et donne une aura inquiétante aux pièces vides où il n’y a pour seule compagnie que les oeuvres exposées.  

 

Cette exposition est à la fois vide et pleine de sens. On peut vite se sentir perdu si l’ont ne pense pas d’abord avec ses sens. La photographie, prédominante, fait appel à notre vue tout en mettant en scène des yeux mais elle fait aussi quelques clins d’oeil à l’actualité. Certains prennent le sujet au pied de la lettre en faisant référence à la notion scientifique de la synthèse des couleurs réalisée par l’oeil. D’autres jouent sur la perspective. Mais ils font aussi travailler notre toucher avec un texte en braille, la sensation de la peinture sur le papier et la texture du tissu et nous poussent à faire appel à notre raison avec quelques phrases jouant sur les mots. 

 

Mais la galerie offre aussi un parcours ludique, nous avons la liberté de l’explorer par nous-mêmes, en posant une paire de lunettes sur notre nez, en assemblant des bouts de photographie ou en passant nos doigts sur certaines pièces. 

 

Avec cette exposition, les étudiants de l’école des beaux-arts de Versailles mélangent nos sens et croisent différentes formes d’art avec la poésie de Rimbaud. Bravo à ces jeunes qui ont su m’immerger dans l’ambiance qu’ils ont créée et j’espère que leur travail attirera votre oeil comme il a attiré le mien!

 

 L’exposition est ouverte à tous du mardi au samedi de 15h à 18h jusqu’au 7 mars (journée portes ouvertes de l'école) et se situe à la galerie de l’école des beaux-arts au 11 rue Saint Simon à Versailles. L’entrée est gratuite.

 

 

Emma Vatel

Crédit photo : Louise Tavera

partager l'article avec
La web Radio
On a testé pour vous l'expo "Il faut être voyant, se faire voyant"