On a testé pour vous le tournoi e-sport

On a testé pour vous le tournoi e-sport

La troisième édition de l’Armacup à Versailles s’est déroulée samedi à l’hôtel de ville. Guillaume, lycéen, a eu l’opportunité de participer à l’un des trois tournois organisés.

 

Un événement de cette nature à Versailles, ouvert au public (premier arrivé, premier servi), n’a pas manqué d’attirer une grande foule de fans voulant mettre à l’épreuve leur prouesse, rencontrer leurs streamers préférés ou tout simplement jeter un coup d’œil curieux. 

 

À peine arrivé sur place à 11 heure (une heure avant l’ouverture des inscriptions), je me trouvai face à une congrégation de jeunes, éparpillés en groupe d’amis sans aucune semblance de file d’attente. S’il n’y avait une barrière et un panneau indiquant le lieu d’accès aux inscriptions du tournoi, les portes de la mairie de Versailles auraient été noyées sous le grand nombre de gamers cherchant à se placer le plus près possible de l’entrée. À plusieurs reprises, un organisateur est venu nous communiquer plusieurs directions de procédure aux inscriptions.

 

Malgré ce début de journée turbulent, je réussis à m’inscrire pour participer au tournoi de Teamfight Tactics (TFT), sous-franchise du phénomène mondial League of Legends, et qui m’était le moins inconnu parmi les deux autres (FIFA et Hearthstone). Un lien accessible au public, affichant les noms des joueurs organisés en poules et les vainqueurs de chaque poule, me permis de savoir quand j’allais jouer.

 

L’événement prenait principalement place à l’étage, dans la salle des fêtes aménagée façon esport : D’un côté de la salle, deux douzaines de postes d’ordinateur étaient légués à TFT, au milieu, six postes de ps4 pour FIFA, et au fond un espace streamer avec des chaises où l’on pouvait regarder les personnalités de l’événement (streamers), trônant en-dessous d’un écran géant diffusant leur gameplay. Dans l’autre salle au bout du couloir, un espace plus petit dédié à Hearthstone avec une douzaine d’ordinateur.

 

L’atmosphère pendant tout le tournoi était détendu et amicale. Les observateurs regardaient les matchs en progrès et parlaient avec leurs amis en plein match sans déranger le cours du tournoi. Le fait qu’il n’y ait eu aucune tentative de triche dans un environnement aussi ouvert et compétitif (2000 sur la ligne) témoigne non seulement de l’honnêteté de la communauté mais aussi du cadre paisible dans lequel s’est déroulé le restant du tournoi. Tout au long de la journée, je pus discuter avec de nombreux inconnus au sujet des différents jeux.

 

M’étant fait éliminer dès la première ronde, sans de trop grosses surprises quant à ma performance, je restai néanmoins satisfait de la journée qui m’avait offert une opportunité de rencontrer de nouvelles personnes (3 nouveaux noms se sont ajoutés à ma liste d’amis sur TFT), et de profiter d’un semblant de compétition à un niveau amateur tout en m’amusant.

 

Je recommanderai à quiconque aime les jeux vidéo de venir à l’Armacup de Versailles s’il en a l’occasion. Que vous veniez seuls où en groupe, vous trouverez facilement des personnes sympathiques qui partageront vos goûts. Pour les plus confirmés, l’Armacup de Versailles s’avère être aussi bien un évènement décontracté qu’un tremplin vers la scène professionnelle de l’esport.

 

Guillaume Atoch

partager l'article avec
La web Radio
On a testé pour vous le tournoi e-sport