[CULTURE] Robert Doisneau - les années Vogue

[CULTURE] Robert Doisneau - les années Vogue

Du 8 mars au 29 mai, une partie méconnue de l’œuvre de Robert Doisneau est exposée à l’Espace Richaud.

Un humaniste chez les mondains

Aux côtés de Willy Ronis et d’Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau est l’un des plus illustres représentants du courant de la photographie humaniste qui, durant la période de l’après-guerre, fait de l’appareil photographique un outil de valorisation de l’individu et d’exploration des milieux populaires, au cœur des faubourgs de la capitale et de la proche banlieue parisienne. 

Les images de ces nouveaux photographes dépeignent un monde souvent miséreux, frappé par de nombreuses injustices, mais qui n’en demeure pas moins animé par des valeurs de camaraderie et de solidarité, habité par de multiples instants de grâce. Ce mélange de naturalisme et de fantaisie donne naissance à diverses mythologies et à une esthétique particulière, celle du « réalisme poétique », présente également dans l’histoire du cinéma à travers les films de Marcel Carné ou de René Clair.

Plaçant l’humain au cœur de son propos, cet art s’intéressant aux actes et aux événements les plus ordinaires rythmant la vie quotidienne du prolétariat et des classes moyennes n’a pourtant rien de marginal, se donnant à voir dans un large spectre de médias : publicité, livres, affiches, calendriers… Comme plusieurs de ses homologues, Doisneau réalise différents travaux de commande en collaboration avec de grands organes de presse, répondant à une forte demande de témoignage sur l’état de la France au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

Son style reposant sur l’hybridation entre artifice et spontanéité (le cliché du « Baiser de l’Hôtel de Ville » est un célèbre exemple de mise en scène perçue comme un instant saisi sur le vif) trouve un terrain d’expression particulier dans l’univers des mondanités et de la mode qu'il documente en y posant un regard ironique et tendre, à la fois narquois et empathique, alternant entre distanciation et fascination.

 

Crédit photo: Robert Doisneau, Brigitte Bardot pour Vogue, 1950 © Atelier Robert Doisneau

 

Texte de l’Atelier Doisneau

« En 1949, Michel de Brunhoff, qui dirige le magazine Vogue, passe un contrat d’exclusivité avec Robert Doisneau pour une durée de 3 ans. De 1949 à 1952 il couvrira l’actualité mondaine, fera un peu de photos de mode et réalisera des reportages pour raconter la vie en France, accompagné d’Edmonde Charles-Roux devenue sa rédactrice attitrée. Leur complicité est grande mais la vie de photographe mondain ne convient pas à Robert Doisneau qui reprend sa liberté à l’échéance du contrat.

Edmonde Charles-Roux étant devenue rédactrice en chef du titre, il continuera pourtant à réaliser jusque dans les années 60 des prises de vues pour Vogue. C’est cette importante collection, très rarement publiée, que nous avons revisitée pour composer l’exposition qui sera présentée à Versailles.

La somptuosité des bals mondains de l’après-guerre, les prises de vues de mode où Brigitte Bardot fait ses débuts de jeune mannequin, Picasso retouchant les photos de mode, les répétitions dans la rotonde de l’opéra de Paris ou Jean Babilée dansant dans la cour de l’hôtel Lambert permettent d’appréhender une partie moins connue de cette œuvre photographique.

A Doisneau qui écrivait « Pendant deux ans j’étais comme le fils du jardinier invité à partager les jeux des enfants du château à condition d’apporter sur le beau monde un regard neuf et une vivacité de dénicheur. », Edmonde Charles-Roux répondait qu’elle l’avait vu souvent comme un enfant dans une vitrine de Noël. En regardant ses images on découvrira qu’ils n’avaient tort ni l’un ni l’autre … ».

 


Informations pratiques

Du mercredi 8 mars au dimanche 28 mai 

Espace Richaud :  78, Boulevard de la Reine 78000 Versailles

Renseignements complémentaires au 01 30 97 85 15 

Ouverture du mercredi au dimanche, de 12h à 19h. 

Plein tarif : 5 € / gratuit pour les moins de 26 ans 

partager l'article avec

Commentaires

Pas de commentaires. Soyez le premier à commenter cet article.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires

*

*


*
*
  • Ecrire un commentaire
  • Cacher le formulaire

Voir aussi

La web Radio
[CULTURE] Robert Doisneau - les années Vogue