[CULTURE] Dimitri de Larocque Latour et le Génie des lieux

[CULTURE] Dimitri de Larocque Latour et le Génie des lieux

Jusqu’au 29 septembre, le jeune photographe chesnaysien vous invite à un voyage initiatique à travers l’histoire de monuments français et celtes.

Présentation

Dimitri de Larocque Latour avait déjà été mentionné dans les pages de JVersailles lorsqu’il était élève au lycée La Bruyère et avait fondé une WebTV  pour laquelle il avait réalisé une série d’interviews intitulée « Tête à tête », allant à la rencontre de personnalités telles que Frédéric Beigbeder, Sylvain Tesson, Laurent Delahousse, Françoise Héritier ou bien encore Raphaël Enthoven. 

Il se distingue aujourd’hui pour son activité de photographe, avec l’exposition « Génie des lieux » qui est présentée à l’Université Inter-Âges de Versailles jusqu’au 29 septembre. Il s’agit d’un travail mené sur une période de plus de 7 ans, consacré à l’exploration de divers sites patrimoniaux, prenant la forme d’un voyage initiatique guidé par une interrogation principale : « par quoi les lieux sont-ils encore habités ? ». 

Son esthétique fondée sur une utilisation du noir et blanc en infrarouge et de couleurs crépusculaires sonde les mystères et l’aura des monuments qu’il a visités, des monolithes de Monteneuf à la chapelle d’Aiguilhe près du Puy-en-Velay, en passant par les monastères d’Irlande. La captation photographique est ainsi envisagée comme un outil de révélation épiphanique, rendant manifestes les énergies primaires et les résurgences légendaires qui structurent aujourd’hui notre fascination pour les monuments du passé.  « Le génie d’un lieu est son mystère et c’est ce que j’essaie de capter par la photographie », explique Dimitri. 

Actuellement étudiant en histoire à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, il est passionné par la culture celtique ainsi que par la littérature française. Les mots de Victor Hugo ou de Jules Verne émaillent la progression scénographique de son exposition, débutant par des photographies de châteaux, puis invitant à plonger dans la forêt sombre, avant de retrouver le bois plus cultivé des peuples celtes, pour gagner les territoires des abbayes et celui des jardins paradisiaques. 

Ce projet mené sur le long terme a été réactualisé l’année dernière après la réception du premier prix lors d’un concours organisé par le Crous sur la thématique « Sauvage ». Dimitri y rencontre une jeune danseuse qu’il fera poser pour plusieurs photographies. Une première sélection a été montrée du 5 mai au 8 juillet 2017 à la libraire Picard & Epona à Paris. Approfondissant son goût pour le merveilleux et la spiritualité, il réfléchit actuellement à une future série sur la féérie, ayant en tête l’univers shakespearien du « Songe d’une nuit d’été ». Il est aujourd’hui à la recherche de nouveaux espaces d’exposition. Une création éditoriale pourrait également voir le jour autour de son travail. 

 

Informations pratiques

Université Inter-Âges

6 Impasse des Gendarmes, 78000 Versailles

Horaires

Lundi : 9h-12h / 13h30-17h

Mardi : 9h-12h / 13h30-19h

Mercredi : 13h30-17h

Jeudi : 9h-12h / 13h30-17h

Vendredi : 9h-12h / 13h30-17h

Samedi : 9h-12h30

Ouverture étendue jusqu’à 20h du 11 au 15 septembre

partager l'article avec

Commentaires

Pas de commentaires. Soyez le premier à commenter cet article.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires

*

*


*
*
  • Ecrire un commentaire
  • Cacher le formulaire

Voir aussi

La web Radio
[CULTURE] Dimitri de Larocque Latour et le Génie des lieux